Follow us on twitter

Vous-êtes ici

La gestion financière de l’ONEM

Le budget annuel de l’ONEM comprend un budget des missions et un budget de gestion.

  • Le budget des missions comprend les recettes et dépenses relatives aux missions légales de l'institution. Ces crédits sont principalement non limitatifs, c.à.d. qu’ils ont trait à nos missions, autrement dit des dépenses obligatoires.
  • Le budget de gestion comprend les crédits relatifs au fonctionnement de l'institution. Ces crédits sont tous limitatifs, à quelques exceptions près. Le budget de gestion est divisé en trois grandes rubriques : dépenses de personnel, dépenses de fonctionnement (ordinaires et informatiques) et dépenses d'investissement (informatiques, mobiliers et immobiliers).

Budget de gestion

La gestion rigoureuse du budget de gestion qui lui est alloué a permis à l'ONEM de réaliser des économies substantielles. L’Office a ainsi épargné 47 millions d’EUR sur le budget de gestion qui lui a été accordé en 2018.

En 2018, l'ONEM, ALE et le FFE ont utilisé 83,05% du budget de gestion
Total = ONEM + FFE + ALE Enveloppe 2018 Dépenses Différence % des dépenses en comparaison du budget ONEM % des dépenses en comparaison du budget total IPSS
Personnel 197.578.000 177.913.147 19.664.854 90,05% 94,04%
Fonctionnement ordinaire 21.926.706 17.749.352 4.177.354 80,95% 85,20%
Fonctionnement informatique institution 12.596.600 12.399.675 196.925 98,44% 90,77%
Fonctionnement informatique SMALS 19.056.694 14.434.034 4.622.660 75,74% 93,51%
Investissement informatique 5.474.384 4.593.582 880.802 83,91% 54,45%
Investissements mobilier 3.022.547 568.253 2.454.294 18,80% 48,12%
Investissements immobiliers 18.494.069 3.348.294 15.145.775 18,10% 42,88%
Total 278.149.000 231.006.337 47.142.663 83,05% 88,83%

 Il y a, par ailleurs, un monitoring mensuel réalisé par le Collège des IPSS, le commissaire du gouvernement du Ministre du Budget et le SPF BOSA.

 

Focus sur les dépenses de fonctionnement de l’ONEM sur les 3 dernières années

Le tableau ci-dessous reprend les chiffres du budget de gestion de ces 3 dernières années (x € 1.000)  
  2016 2017 2018 Différence 2016-2018 Différence 2017-2018
1. Frais de personnel 187.184 179.393 177.893 -4,96% -0,84%
2. Frais de consommation 31.867 34.372 39.250 23,17% 14,19%
frais de locaux 7.104 5.892 6.456 -9,12% 9,57%
frais d'information 18.214 22.442 26.927 47,84% 19,98%
frais de bureaux et autres 6.549 6.038 5.867 -10,41% -2,83%
3. Dépenses d'investissement 9.412 10.136 8.511 -9,57% -16,03%
bâtiments 4.987 3.333 3.348 -32,87% 0,45%
mobilier, matériel, machine 624 262 569 -8,81% 117,18%
informatique 3.801 6.541 4.594 20,86% -29,77%
TOTAL 228.463 223.901 225.654 -1,23% 0,78%


1. Dépenses en personnel

Les dépenses en personnel représentent 77,02% des dépenses totales de gestion pour l’année 2018.

Les dépenses en personnel ont été largement influencées dans cette période par différents facteurs :

  • les transferts des compétences vers les régions qui ont entrainé une diminution de 328 agents en 2018 ;
  • les restrictions budgétaires que l’Office ainsi que d’autres institutions publiques se voient imposer ces dernières années nous obligent à mener une politique très stricte en matière de recrutement. Entre décembre 2016 et décembre 2018, le personnel de l’ONEM a diminué de 3,48%, soit 127 personnes (hors transfert vers les régions).

2. Frais de consommation

Les postes les plus importants sont, en l’occurrence, les frais d’informatisation et les frais de locaux (locations de locaux, frais d’énergie), qui représentent respectivement 11,93% et 2,86% du budget total de gestion.

Ces dépenses ont été influencées par différentes actions d’économie :

  • le projet EMAS (Système de Management Environnemental et d'Audit) : au fil des années, son champ d'application a été étendu jusqu'à ce qu'il englobe en 2018 l'ensemble des 31 bâtiments. Tous les achats et investissements sont effectués dans le but de minimiser l'impact sur l'environnement. Pour ces raisons, la consommation totale des années précédentes a sensiblement diminué pour l'électricité (- 36 % par rapport à 2014), le gaz et le fioul (- 7,5 % par rapport à 2014), l'eau (- 25 % par rapport à 2013) et le papier (- 48 % par rapport à 2015) ;
  • le transfert d’activités qui se déroulaient dans des endroits loués par l’ONEM vers des bâtiments dont l’ONEM est propriétaire ;
  • l’optimalisation de l’utilisation du mobilier et de l'espace disponible conformément aux principes du NWOW (New Way Of Working). Les postes de travail partagés sont utilisés selon le principe du bureau propre ;
  • l’élargissement de l’utilisation de l’e-Box (la boîte aux lettres électronique des assurés sociaux) a permis de diminuer les frais d’affranchissement et d’impression sur papier.

 3. Dépenses d'investissement

La part des dépenses d’investissement dans les dépenses de gestion totales s’élève à 3,68% en 2018. Ce poste peut évoluer à la hausse ou à la baisse selon les réalisations des investissements en bâtiments, mobiliers et informatiques.

Budget des missions

  Evolution des principaux postes de dépenses non transférés pour les prestations sociales en prix courants (en millions d'EUR) - hors arriérés

graphique sur l'évolution des principaux postes de dépenses non transférés pour les prestations sociales en prix courants (en millions d'EUR)

Depuis 2013, les principales dépenses en matière de prestations sociales ont connu une tendance à la baisse. Au cours des 3 dernières années, les dépenses consacrées aux missions de l'ONEM, autres que les transferts, ont diminué de 1,1 milliard d'euros. Cette évolution à la baisse est due à une conjoncture économique plus favorable depuis 5 ans, à l'évolution démographique et, en particulier, à différentes réformes structurelles instaurées ces dernières années dans le régime de chômage ou pour soutenir l'activité économique et l'emploi. A cela s'ajoute la gestion stricte de l'ONEM, qui contrôle plus, mieux et surtout plus préventivement le versement des prestations, en collaboration avec les institutions de paiement (IU).

Il s’agit d’une diminution sans précédent. Les dépenses n’ont, en effet, jamais été aussi basses en ratio de PIB depuis très longtemps.

Cherchez un bureau de l'ONEM

Top