Vous-êtes ici

Rapport annuel ONEM 2021

Cette année 2021 a de nouveau été marquée par la crise du coronavirus. Pour bon nombre d’employeurs et de travailleurs, l’ONEM a permis d’atténuer le choc économique de la crise sanitaire. Le système de chômage temporaire a offert une bonne protection contre le risque de pertes massives d'emplois.

« Le marché de l’emploi s’est montré étonnamment résilient pendant la pandémie. Le dispositif du chômage temporaire a fonctionné à plein régime et a parfaitement assuré sa fonction protectrice en compensant au mieux les pertes temporaires d’activités économiques. Par ailleurs, le nombre des travailleurs qui ont été mis en chômage temporaire et qui se sont ensuite retrouvés dans le régime de chômage classique a été moins important que prévu. L'afflux important des demandes a considérablement augmenté la charge de travail du personnel de l'ONEM. Mais, grâce à l’engagement de l’ensemble du personnel, l’ONEM est parvenu à remplir pleinement le rôle social qui est le sien », Jean-Marc Vandenbergh, administrateur-général de l’ONEM.

Chômage temporaire : les répercussions de la crise diminuent, mais restent importantes

Au total, plus de 850.000 personnes ont bénéficié d’au moins une allocation de chômage temporaire en 2021. Les victimes des inondations de juillet 2021 ont également eu droit au chômage temporaire.

En moyenne, il s’agissait de 97.106 équivalents temps plein par mois en 2021. Ce chiffre a été multiplié par cinq par rapport à 2019 (19.186), mais reste deux fois moins important qu’en 2020 (194.650). Les répercussions de la crise sanitaire diminuent clairement, mais restent toutefois importantes.

Le chômage complet indemnisé à son niveau le plus bas depuis 1978

Le nombre de chômeurs complets indemnisés (demandeurs d’emploi et non-demandeurs d’emploi, bénéficiant ou non d’un complément d’entreprise) a connu une diminution sur une base annuelle de 8,4%. Le nombre moyen d’allocataires est dès lors passé à 346.498 par mois en 2021. En 2021, le chômage complet indemnisé a atteint son niveau le plus bas depuis 1978, et ce, malgré la crise sanitaire actuelle.

Les allocations d’interruption : retour au niveau d’avant la crise

En moyenne 231.127 travailleurs ont perçu une allocation d'interruption mensuelle en 2021. Il s’agit d’une baisse de 8,3% sur une base annuelle. La tendance à la baisse enregistrée avant la crise sanitaire a donc repris. Cette tendance est liée, entre autres, aux modifications réglementaires du crédit-temps (secteur privé) et de l’interruption de carrière (secteur public). Le vieillissement de la population entre aussi en ligne de compte : le nombre de personnes partant à la pension a augmenté ces dernières années.

Les répercussions des mesures corona sur les allocations d’interruption sont très limitées. Le congé parental corona n’a plus été octroyé en 2021, il était uniquement valable entre mai et septembre 2020. Par conséquent, le nombre de demandes de congé parental a, dans l’ensemble, reculé de 12,5%.

Malgré la crise, l’ONEM a pu garantir de courts délais de traitement des dossiers. Pour les demandes d’interruption de carrière et de crédit-temps, 99% des paiements ont été effectués dans les délais prescrits. Pour les demandes d’allocations de chômage, le traitement moyen a même diminué. Il est passé de 4,4 jours en 2020 à 4 jours en 2021.

Tout au long de cette année complète placée sous le signe du coronavirus, l’ONEM a fait le maximum pour délivrer un service de qualité à ses partenaires et aux assurés sociaux : 

  • Le contact center de l’ONEM a reçu près de 900.000 appels téléphoniques en 2021. 88% d’entre eux ont été traités immédiatement.
  • Un chatbot a été développé et mis en ligne sur le site de l’ONEM afin d’encore accroître l’accès à l’information du citoyen. Ce chatbot a aidé pas moins de 16.000 visiteurs chaque mois.
  • Afin de répondre à l’avalanche des demandes de chômage temporaire, l’ONEM a continué d’appliquer la procédure simplifiée de demande introduite en 2020. L'ONEM a reçu 378.111 communications électroniques de chômage temporaire en 2021(contre 878.054 en 2020).
  • L’ONEM traite des millions de paiements chaque année. Plus important encore, l’Office s’assure que chaque paiement soit correct. En 2021, près de 13 millions de dossiers ont été vérifiés.
  • 66.804 enquêtes de contrôle ont été menées sur la base de croisements de données et 32.660 infractions ont été constatées à la suite de celles-ci.
  • En 2021, l’ONEM a envoyé pas moins de 1.334.015 documents dans l’e-Box, la boîte aux lettres électronique des pouvoirs publics.
  • L’ONEM s’engage également pour la société ; en limitant au maximum son empreinte écologique, en participant activement à la lutte contre la pauvreté et en menant une politique active de diversité et d’inclusion. Lors du Diversity Award Challenge de 2021 organisé par la fonction publique fédérale, l’ONEM a d’ailleurs remporté le Best Practice Award avec son projet 4 Steps to Stop Domestic Violence, une campagne de sensibilisation interne sur le thème de la violence entre partenaires.

Coup d’œil sur l’avenir : simplification numérique et administrative

L’ONEM va poursuivre la modernisation de ses processus internes et l’amélioration des applications électroniques développées pour les employeurs, les travailleurs et les demandeurs d’emploi. L’ONEM continuera de s’investir dans le numérique et la simplification administrative dans l’objectif de renforcer l’autonomie du citoyen.

 

Le rapport annuel complet de l’ONEM, composé de trois parties, se trouve sur www.onem.be :

 

Cherchez un bureau de l'ONEM

Top