Vous-êtes ici

Chômage temporaire : fin des mesures d'accompagnement en matière de chômage temporaire instaurées à la suite de la pandémie de COVID-19

Pour répondre à l’afflux massif de demandes de chômage temporaire pendant la pandémie de COVID-19, le gouvernement a simplifié le régime de chômage temporaire en mars 2020. Un certain nombre de mesures d'accompagnement ont également été introduites pour permettre un paiement rapide des allocations. Par exemple, les travailleurs mis en chômage temporaire pour la première fois pouvaient introduire une demande d’allocations simplifiée et n'étaient pas tenus d'être en possession d'une carte de contrôle. 

Ces mesures d'accompagnement prennent fin le 31 décembre 2022. Cela signifie qu'à partir du 1er janvier 2023, les procédures normales pour introduire du chômage temporaire s'appliqueront à nouveau. Cela a des conséquences importantes pour les employeurs et les travailleurs, car ils devront à nouveau se conformer à un certain nombre d'obligations administratives à partir du 1er janvier 2023. 

Ilse Swinnen, experte en chômage temporaire à l’ONEM, explique : « À partir du 1er janvier 2023, les employeurs doivent à nouveau délivrer des cartes de contrôle numérotées C3.2A à chaque travailleur qu'ils mettent en chômage temporaire, et ce, quel que soit le motif du chômage temporaire. L'employeur doit remettre de sa propre initiative la carte de contrôle au travailleur, au plus tard le premier jour de chômage effectif de chaque mois. Comme il s'agit de cartes de contrôle numérotées, l'employeur ne peut pas les imprimer lui-même. L'employeur peut obtenir gratuitement des cartes de contrôle C3.2A auprès des bureaux de l’ONEM ou des secrétariats sociaux. 

En outre, l'employeur doit également à nouveau tenir à jour un livre de validation papier ou électronique. Cette obligation vaut uniquement en cas de chômage temporaire pour causes économiques et de chômage temporaire pour intempéries. Avant de remettre les cartes de contrôle aux travailleurs, l'employeur doit les indiquer dans le livre de validation afin que l'ONEM puisse vérifier qu'une seule carte de contrôle est remise par travailleur et par mois. 

Étant donné que la demande d’allocations simplifiée sera également supprimée à partir du 1er janvier 2023, l'employeur devra également à nouveau introduire, si nécessaire, une déclaration de risque social (ASR) scénario 2 à compter de cette date. C'est le cas, par exemple, si l'employeur met le travailleur en chômage temporaire pour la première fois ou si le chômage temporaire est réintroduit pour la première fois après une modification de la fraction d'occupation (facteur Q/S). »

Quels sont les régimes qui s'appliqueront à partir du 1er janvier 2023 ? 

A partir du 1er janvier 2023, il existe encore deux régimes de chômage temporaire pour causes économiques :

  • le régime « classique » pour les ouvriers et les employés ;
  • jusqu'au 31.03.2023, le régime particulier de chômage temporaire pour raisons économiques à la suite de la crise énergétique. 

Bien entendu, le chômage temporaire peut encore être introduit pour des raisons autres qu'économiques, par exemple en raison d'intempéries, d'une fermeture collective, d'un accident technique, etc. 

Pour toutes informations complémentaires, veuillez consulter la FAQ CT à partir du 01.01.2023 disponible sur le site de l’ONEM.

Cherchez un bureau de l'ONEM

Top